blogs.fr: Blog multimédia 100% facile et gratuit

Mordue de...

Blog multimédia 100% facile et gratuit

 

BLOGS

Petit blog consacré à mes critiques de livres (voir même, à quelques occasion, de musique ou de cinéma)

Petit blog consacré à mes critiques de livres (voir même, à quelques occasion, de musique ou de cinéma)

Blog dans la catégorie :
Littérature

 

Annonce vocale

 

Statistiques

 




Signaler un contenu illicite

 

Mordue de...

Présentation

Le 16/03/2010

Coucou tout le monde !

Bon alors je pense que le mieux c'est de commencer par une petite présentation, à la fois de moi et du blog à venir.

Pour commencer je m'appelle Jessica, mais bon, en principe on m'appelle Mery sur Internet (parfois même en IRL^^), et j'ai actuellement 19 ans et je fais des études de psychologie.
Vous le constaterez sûrement, je fais des fautes d'orthographes. J'essaie de les éviter au maximum, mais y a certains mots que j'arrive vraiment pas (du genre appeler, je sais jamais comment faut l'écrire xD). Mais si vous voyez que j'en fa is vraiment trop, n'hésitez à me le dire !
En ce qui concerne mes loisirs et passions, je pense que simplement lire ce blog vous permettra de les cerner !

Le blog en lui-même donc maintenant.
J'ai décidé de créer ce petit blog tout simplement parce que j'aime bien faire des critiques de livres alors je me suis dit que ça serait pas mal. Je dis pas que ces critiques sont particulièrement bien faites, mais j'aime donner mon avis donc...
Sinon, je suis aussi inscrite sur un bon forum : Dévoreurs de pages, qui comme son nom l'indique, est en autre pour partager ses opinion en matière de littérature.

Je pensais aussi peut être faire quelques critiques de musique et de cinéma, voir même poster quelques extraits de mes écrits (qui ne sont pas terribles mais bon j'assume ^^)

Sinon, j'ai remarqué qu'on peut mettre du son au blog, alors je pensais mettre une nouvelle chanson chaque semaine, dites moi ce que vous en pensez !

Bref, en tout cas ce qui est sûr c'est que faire un blog sans participation serait un peu inutile, donc je compte sur vous pour laiser des commentaires avec vos opinion, peut-être même vos suggestions etc... Okay ? ^^




<a href="http://www.referencement-team.com/"><img src="http://www.referencement-team.com/images/referencement-team-logo.gif" width="88" height="13" border="0" alt="Referencement gratuit"></a><br><marquee style="border: 0pt none ; font-family: Arial; font-size: 9px; font-weight: normal; background-color: white; width: 80px; height: 15px;" scrollamount="1" onmouseover="this.stop()"

 

Amours d'enfer

Le 16/03/2010

Couverture d'Amours d'enfer.
Couverture d'Amours d'enfer. 
De la collection Black Moon, édition Hachette (16€ pour les intéressés), Amours d'enfer est un roman constitué de cinq nouvelles, dans le même registre que Nuits d'enfer au paradis (dont la critique viendra bientôt ^^), où les grands auteurs américains se réunissent. Enfin, grands auteurs, personnellement je ne connaissait que Scott Westerfeld mais bon ^^

Donc tout d'abord, voici la quatrième de couverture :
"Tomber amoureuse d'un fantôme, croire aux contes de fées, accepter l'impensable, se révolter contre un monde tout entier, sombrer dans la folie... Que ne ferait-on pas par amour ! Les héroïnes de ces nouvelles vont tenter leur chance au jeu de la passion, jeu de hasard et jeu dangereux..."

Globalement, c'est un bon recueil de nouvelles, toujours sur le thème de la romance et du drame, c'est intéressant de voir à quel point les ressources paraissent illimité sur ce sujet !
De plus, on nous offre ici un panel d'émotions et de genre assez différents.

Maintenant, petite critique de chaque nouvelle, dans l'ordre qu'elles apparaissent. En revanche, pas de résumer par nouvelle, tout simplement parce que c'est trop court pour résumer encore plus et il faut bien laisser du suspense à mon humble avis (ceci dit, si vous y tenez absolument, faites moi signe!)

Un monde (presque) parfait, Scott Westerfeld.
C'est une nouvelle intéressante. J'aime beaucoup le style de Scott Westerfeld, que j'avais déjà "rencontré" pour la saga Midnighters, de même qu'il a un point de vue très intéressant sur le monde.
Cela dit, si on se contente de lire le résumer du recueil, ok il respecte le thème, mais quand on lit le titre du recueil, Amours d'enfer, on ne pense absolument pas à une intrigue pareille.
Mais, le pari est sûrement gagné puisque les personnages sont très attachants et émouvant bien que la nouvelle ne fasse qu'une cinquantaine de pages.
Tout en tentant de ne pas trop vous en révéler, ce qui est particulièrement bien construit c'est la vision que le futur peut avoir du passé. Et même si ce n'est peut-être pas le but premier de cette nouvelle, je la trouve plutôt dénonciatrice (à défaut d'un meilleur terme) du sens dans lequel le monde va actuellement (c'est un peu une critique du politiquement correct à mon sens), et je trouve sa vision particulièrement juste et réelle (ce qui, en soi, est un peu effrayant).

Coup de foudre, Mellissa Marr.
Cette nouvelle, un peu plus courte, est aussi un peu moins bien. Je m'explique.
L'intrigue est bonne je pense, d'ailleurs, si ça vous intéresse, je pourrais poster la note de l'auteur en début de nouvelle, ça donneu ne idée assez précise de la nouvelle. D'ailleurs c'est un peu dommage. Rien qu'en lisant la note d'auteur, on à un aperçu assez complet de toute l'histoire, ce qui tue pas mal l'intrigue principale.
En fait, ce qui ressort comme impression générale c'est un travail un peu baclé côté intrigue, mais plutôt bien écrit du côté des émotions des personnes et de leur personnalité.
Le thème en lui-même est bien respecté : c'est un amour d'enfer à la fois compliqué, intense et pas assez développé, trop rapide. C'est peut-être voulu, je sais pas, mais personnellement, je n'ai pas vraiment accroché.

Le fantôme de mes rêves, Laurie Faria Stolarz.

Cette troisième histoire se classe facilement dans mes favorites.
J'ai beaucoup aimé à la fois les personnages, l'intrigue, le développement de l'histoire...
Les personnages d'abord, ont une personnalité bien construite même si ça n'est pas particulièrement développé. En tout cas, ils sont très attachants, au point d'en avoir les larmes aux yeux et le coeur battant très rapidemment. Les émotions sont particulièrement bien définies et décrites, jusqu'à nous les faire ressentir à nous.
Et puis, l'intrigue en elle-même dénonce un fait divers plutôt courrant malheureusement et qui ne peut que nous toucher. Et puis, qui n'a jamais rêvé de rêver de l'homme de ses rêves ? (Oui, beaucoup de "rêves", je vous l'accorde^^.)

Les liens du sang, Justine Larbalestier.
Quatrième histoire un peu décevante : l'intrigue aurait pu être vraiment mieux développée et mieux écrite. Là encore, travail peut-être un peu baclé, sans plus d'approffondissements ou d'explications. Sans compter que le style de l'auteur est encore à travailler, c'est d'ailleurs peut-être ce qui "tue" l'histoire.
Le thème en lui-même est respecté, côté Amours d'enfer, et son sujet était intéressants : discrimination, autoritarisme... C'est pourquoi il est assez décevant de ne pas avoir eu droit à une nouvelle plus construite, peut-être un peu plus longue (ou en touts cas, de même longueur mais sans tous ces détails inutiles qui font trainer l'histoire en longueur).
Finalement, il ne s'y passe pas grand chose, ça manque un peu d'action. Du moins, en ressenti. Si l'auteur avait mieux exprimé les émotions et sentiments, on aurait ressenti l'action. Là, on se contente de lire l'action, sans rien ressentir de particulier (vous savez, la montée d'adrénaline quand on lit une bonne scène, le coeur qui bat quand nos personnages favoris progressent finalement....). Donc c'est une nouvelle plutôt ennuyante.

Caprice de fan, Gabrielle Zevin.
Probablement l'une des meilleure révélation du recueil, pour ceux qui ne connaissait pas l'auteur.
J'ai beaucoup aimé cette histoire qui touche beaucoup plus au psychologique, même si je suis loin d'être experte et de dire si oui ou non c'est semblable à la réalité (même si je pense que oui ^^).
Le personnage principal est très attachant et je n'ai pu m'empêcher de ressentir beaucoup de tristesse et de compation (peut-être même un peu de pitié) pour elle.
De plus, je pense que tout le monde peut facilement s'identifier à cette jeune fille, et c'est assez effrayant au fond parce qu'on se dit "Wow, imagine ça m'arrive ?!". Et c'est dans ce sens, je pense, que c'est ma nouvelle préférée et aussi celle qui m'a le plus touchée. Et je ne pense pas trop m'avancer (détrompez moi ^^) en disant que tous les vrais mordus de lecture se sentirons visés par certains aspects de cette histoire - ou, à défaut de visé, conernés tout du moins.

En résumer, pour les classer dans mon ordre de préférence :
Caprice de fan ; Le fantôme de mes rêves (peut-être ex-equo) ; Un monde (presque) parfait ; Coup de foudre ; Les liens du sang.

Si vous ne les avez pas encore lue, je vous direz simplement que ça vaut tout de même le coup ^^
Laissez vos commentaires, avis, opinion : si ça vous a donné envie de lire (ou le contraire) ; si vous l'avez déjà lu, si oui ou non vous êtes d'accord avec moi et pourquoi... N'hésitez pas !

 

Saga Midnighters - Scott Westerfeld

Le 16/03/2010

Couverture de Midnighters 1 : L'heure secrète Couverture de Midnighters 2 : L'étreinte des ténèbres Couverture de Midnighters 3 : Le long jour bleu

Couverture de Midnighters 1 : L'heure secrète
Couverture de Midnighters 1 : L'heure secrète 
La saga Midnighters, écrite par Scott Westerfeld, est une trilogie comprenant : L'heure secrète, L'étreinte des ténèbres et Le long jour bleu.

Phrase d'accroche ? "Et si l'heure de votre naissance déterminait le cours de votre vie ?"

L'heure secrète : "Quand minuit s'éternise et libère un mal ancien".

Quatrième de couverture :

"Il existe une ville, aux Etats-Unis, où le temps s'arrête à minuit. Plus un être ne bouge, tout semble figé... S'ouvre alors l'heure secrète. Le monde appartient aux darklings, des créatures maléfiques qui rôdent dans les ténèbres. Seuls quelques ados, nés à minuit pile, sont capables d'évoluer dans cet espace-temps. Ils se surnomment entre eux les midnighters. Tous ont des pouvoirs spéciaux. Tous sauf Jessica Day. Pourtant, les créatures de l'ombre sentent en elle un danger redoutable et sont prêtes à l'éliminer... "

Le premier tome de la saga démarre au quart de tour. On est tout de suite complètement happé par l'intrigue. Rien qu'en lisant le résumer, je mourrais d'impatience de le lire ! C'est une idée particulièrement bien rôdée qui fascine autant qu'elle effrait.
Les personnages principaux ont chacun une personnalité bien ficelée, qui se développera au cours des tomes, et complètement différentes de la personnalité des autres. Chaque midnighter est unique, et pourtant, ils se ressemblent et s'assemblent incroyablement bien.
De plus, le réel et le fantastique s'entremêlent parfaitement, alternant à chaque chapitre les priorités de chacun. D'ailleurs, chaque chapitre est centré sur tel ou tel personnage, ce qui offre un large panel des occupations, sentiments et pensées de chacun ; ainsi, on ne s'attache non pas à un seul personnage, mais à tout la clique, même si, évidemment des préférences émergent. 

L'étreinte des ténèbres : "Quand minuit se ressserre autour du coeur des hommes".

Quatrième de couverture :
"Les midnighters savent que leur ville regorge de mystères terrifiants, mais ils ignorent la cause de la disparition de leurs prédécesseurs - la raison pour laquelle ils sont désormais seuls face aux darklings... Pour ne rien arranger, des secrets intimes de midnighters commencent à se faire jour, dont certains qui n'auraient jamais dû émerger... Cette fois, Jessica Day n'est plus la seule exposée à un danger mortel. Et si le groupe ne trouve pas le moyen de se ressouder très vite, il pourrait bien perdre l'un de ses membres à tout jamais..."

Quand on commence la saga, on s'imagine les liens solides qui doivent unir les midnighters parce que, après tout, d'un certain point de vue, ils sont seuls au monde. Et pourtant, ce livre approfondie largement les différences - déjà présentes dans le premier tome - qui les séparent. On les voit alors plus comme des indivus que comme un groupe ce qui est assez troublant aux premiers abords car on ne peux s'empêcher de se sentir impliqué dans leur vie, leurs décisions et même leurs secrets. Et, quelque part, ça m'a tué de lire leur secret respectif, de voir ce qu'ils se cachent entre eux, qui reflète malgré tout un certain manque de confiance. Mais finalement, on s'aperçoit que malgré tout ce qui les séparent, même s'ils sont obligés de rester soudé, ils s'apprécient.

Le long jour bleu : "Quand minuit se répand et menace d'engloutir le monde".

Quatrième de couverture :
"Minuit n'a jamais été banal à Bixby. C'est l'heure om le temps se fige, où les darklings envahissent la ville. Seuls les midnighters peuvent affronter ces créatures terrifiantes. Jusqu'au jour où minuit surgit... en milieu de matinée. Le monde prend alors la couleur fantomatique du temps bleu. Pour les midnighters, quelque chose d'effroyable se prépare. Bientôt ils découvrent que les murs qui séparent l'heure secrète de l'humanité sont en train de se fissurer. Les créatures de l'ombre pourront se repaître de chair fraîche après des siècles d'attente ! La chasse aux humains est ouverte..."

Indiscutablement mon tome préféré !
Avant même de lire le livre, on sent sent concerné et inquiet pour les midnighters, s'imaginant le pire du pire. Et en commençant la lecture, ça ne s'arrange pas vraiment, surtout lorsqu'on s'aperçoit les résidus de conflits entre eux.
Et comme à chaque saga, on est à la fois impatient de découvrir comment tout se termine, et à la fois triste de quitter ce monde et ces personnages ; surtout lorsque la fin est telle qu'ici.
Je ne veux pas tout cous ruiner si vous découvrez juste la saga donc je dirais simplement que c'est une fin qui sort de l'ordinaire et qui est originale, rien de comparable dans le reste de la littérature, et très peu d'auteurs que j'ai lu ose de pareille fin.
Et, évidemment, on en redemande ! Dommage qu'il n'y ai pas plus de livres dirait-on, mais d'un côté, il vaut mieux s'arrêter tant que c'est bien plutôt que de faire traîner en longueur et que ça ne deviennent nul. Ceci dit, un épilogue, du genre nouvelle d'une cinquantaine de page à défaut d'un vrai livre, aurait été largement le bien venu !

Ce qui ressort principalement de la saga c'est qu'il y a beaucoup d'actions et de rebondissements. Et ce qui est génial c'est qu'on les ressent vraiment. On a presque mal pour eux lorsqu'ils se blessent, on a peur, on est excitée, curieux... On se sent même étourdi pendant les quelques moments romantiques, étonné lors des découvertes, tristes, parfois énervés aussi. Ces trois livres nous font complètement redécouvrir les émotions qui existent et que l'on peut ressentir en lisant.

Il est indéniable que Scott Westerfeld à du talent : il écrit parfaitement bien. Son style est compréhensible, jeune sans être banal ou famillier, léger et il décrit incroyablement bien les émotions et les scènes d'actions, jouant sadiquement mais merveilleusement bien avec nos nerfs !

Si vous n'avez pas encore lu ces livres, je vous les conseil fortement, ils sont géniaux ! Bon, j'avoue ma critique n'est pas très précise, mais comme excuse j'ai que je les ai lu depuis déjà un petit moment (donc quand je les re-lirais, je rajouterais peut-être quelques trucs).

Laissez moi votre avis ! Si vous les avez lu, quel est votre préféré et pourquoi ? Est-ce qu'il y aurai une autre critique à faire sur les livres ?

Avez-vous lu d'autres livres de Scott Westerfeld ? Il paraît que son autre saga, Uglies est assez populaire mais je n'ai jamais lu... N'hésitez pas à en parler !

++

 

Hero Of War - Rise Against

Le 16/03/2010

Première critique musicale ^^ Je suis pas très calée dans ce domaine, même si j'adore la musique, donc ça sera pas forcément bien fait.
Mais j'ai pensais, comme dit dans la présentation, mettre une chanson par semaine, et donc d'en profiter pour faire une petite critique de la chanson en question.

Donc c'est parti !

Hero Of  War, de Rise Against, fait parti de l'album Appel To Reason sorti en 2008.

Cette chanson est tout simplement incroyablement géniale. A chaque fois que je l'écoute j'ai presque les larmes aux yeux.
D'abord, les paroles sont vraiment touchantes et profondes (et tellement vraies...) qui ne peuvent que nous atteindre.
Et puis la voix du chanteur, Tim McIlrath, est tout simplement magnifique, ce qui ne fait qu'accentuer la tristesse de la chanson.

Je n'ai pas fait plus de recherches sur la chanson donc je ne sais pas comment le groupe l'a pensé ou la considére alors je me trompe peut-être, mais personnellement je la ressent ainsi :
Elle raconte, dénonce même, parfaitement bien le comportement des jeunes soldats américains (et, à plus grande échelle, de tous les solats de toutes les nations).
Ce qu'ils veulent par dessus tout, pour la grande majorité, ce n'est pas le conflit, se battre c'est simplement à la fois découvrir le monde, grandir et rendre service à leur pays parce qu'ils ont un fort sens patriotique (ce qui est très louable, mais peut les rendre assez naïfs).
Cette chason raconte donc tristement le parcours d'un jeune soldat, probablement pas très âgé, qui décide de se lancer dans l'armée pour son drapeau. Il est très intégre à la base, et très loyal, juste. Mais la pervertion de la guerre le rattrape, tout comme elle a d'abord attrapé ses compagnons.
Il devient alors un de ces bourreaux de guerres qui commettent des atrocités, reviennent au pays, sont proclamés héros mais passent ensuite le reste de leur vie chez un psy.
Cette chanson montre l'absurdité de la guerre et dans quel vice les soldats tombent. A la fin, on peut même ressentir un retournement des valeurs, et peut-être une dépréciation de leur pays, parce que personnellement, dans le dernier refrain, le drapeau dont il parle je ne crois pas que ce soit le drapeau américain, mais plutôt le drapeau blanc de la femme.
Et la chanson termine finalement sur une sorte de défi : et vous, vous feriez quoi finalement ?



Voici les paroles :
He said "Son, have you seen the world ?
Well, what would you sai, if I said that you could ?
Just carry this gun, and you'll even get paid."
I said "That sounds pretty good"

Black leather boots
Spit-shined so bright
They cut off my hair, but it looked alright.
We marched and we sang,
We all became friends
As we learned how to fight.

A hero of war,
Yeah that's what I'll be
And when I'll come home
They'll be damn proud of me
I'll carry this flag
To the grave if I must
Because it's a flag that I love,
And a flag that I trust.

I kicked in the door,
I yelled my commands
The children, they cried
But I got my man.
We took hum away,
A bag over his face,
From his family and his friends

They took off his clothes,
They pissed in his hands
I tolf them to stop,
But then I joined in.
We beat him with guns
And batons not just one,
But again and again.

A hero of war,
Yeah that's what I'll be
And when I'll come home
They'll be damn proud of me
I'll carry this flag
To the grave if I must
Because it's a flag that I love,
And a flag that I trust.

She walked through bullets and haze
I asked her to stop
I begged her to stay
But she pressed on
So I lifted my gun,
And I fired away.

The shells jumped through the smoke
And into the sand
That the blood now had soaked.
She collapsed, with a flag in her hand ;
A flag white as snow...

A hero of war,
If that's what they see,
Just medals and scars,
So damn proud of me
And I brought home that flag;
Now it gathers dust,
But it's a flag that I love,
It's the only flag I trust.

He said, "Son, have you seen the world ?
Well what would you say, if I said that you could ?"

Maintenant la traduction, de mon cru (j'ai fais de mon mieux xD):

Il a dit "Mon fils, as-tu vu le monde ?
Eh bien qu'est-ce que tu dirais, si je te disais que tu pouvais ?
Contente toi de prendre cette arme, et tu sera même payé."
J'ai répondu "Ca me semble plutôt bien".

Bottes de cuir noir,
Cirées à briller
Ils ont rasé mes cheveux, mais ça m'allait bien
Nous avons marché et chanté,
Nous sommes tous devenus amis,
Alors qu'on apprenait à se battre.

Un héro de guerre,
Oui c'est ce que je serais.
Et quand je rentrerais à la maison,
Ils seront si fiers de moi.
Je porterais ce drapeau,
Jusqu'à la tombe s'il le faut
Car c'est un drapeau que j'aime,
Et un drapeau en qui j'ai confiance.

J'ai défoncé la porte,
J'ai hurlé mes ordres,
Les enfants, ils pleurèrents
Mais j'ai eu mon homme.
On l'a emmené,
Un sac sur sa tête,
Loins de sa familles et de ses amis.

Ils lui ont enlevés ses vêtements,
Ils ont pissés dans ses mains.
Je leur ai dit d'arrêter,
Mais je les ai finalement rejoint.
On l'a battu avec nos armes,
Et des battons, non pas qu'une fois.
Mais encore et encore.

Un héro de guerre,
Oui c'est ce que je serais.
Et quand je rentrerais à la maison,
Ils seront si fiers de moi.
Je porterais ce drapeau,
Jusqu'à la tombe s'il le faut
Car c'est un drapeau que j'aime,
Et un drapeau en qui j'ai confiance.

Elle marchait, à travers les balles et la brumes
Je lui ai demandé d'arrêter,
Je l'ai supplié de ne plus bouger
Mais elle a continué
Alors j'ai sorti mon arme
Et j'ai tiré.

Les coquilles (les douilles je pense non ?) ont rebondi à travers la fumée
Et sur le sable,
Maintenant teinté par le sang.
Elle s'est effondrée, avec un drapeau dans les mains
Un drapeau aussi blanc que la neige.

Un héro de guerre,
Si c'est tout ce qu'ils voient,
Juste des médailles et des cicatrices
Tellement fier de moi
Et j'ai ramené ce drapeau à la maison
Miantenant il recueille la poussière
Mais c'est un drapeau que j'aime,
C'est le seul drapeau en lequel je crois.

Il m'a dit "Fils, as-tu vu le monde ?
Qu'est-ce que tu dirais, si je te disais que tu pourrais ?"

Walla walla, évidement, disclaimer :  je n'ai absolument pas voulu attenté aux droits d'auteurs en diffusant la chanson et ses paroles et rien ne m'appartient, je n'ai pas touché d'argent bla bla bla (tout le monde le sait !)

Donnez moi votre avis et vos impression sur cette chanson ! Et même carrément sur le groupe si vous voulez !






<link href="file:///C:UsersjessicaAppDataLocalTempmsohtml12clip_filelist.xml" rel="File-List" />

 

Million Dollar Baby

Le 17/03/2010

Affiche Million Dollar Baby
Affiche Million Dollar Baby 
Première critique cinématographique dédiée à ce chef d'oeuvre.

Ce long métrage a été réalisé et produit par Clint Eastwood (donc déjà, ça promettait un excellent film), de plus se casting est en soi impressionnant puisqu'il y a Clint Eastwood lui-même, mais aussi Morgan Freeman et Hilary Swank. Que de bons acteurs ne pouvait donner qu'un bon résultat. Si on ajoute à cela une excellente histoire, c'est la cerise sur la gâteau. Ou peut-être l'inverse ^^ .
Le film a d'ailleurs reçu 4 oscars : le meilleur film, le meilleur réalisateur, la meilleure actrice et le meilleur second rôle.
Je ne sais pas qui d'autre était en compétition, mais je lui aurais aussi attribué celui de la ma meilleur soundtrack et sûrement d'autres encore si je savais quel genre de prix on remet (mais étant donné que c'est pas vraiment ma préoccupation première...).

L'histoire d'abord. Ca part d'une femme banale, plutôt en galère même. Elle part de rien si ce n'est sa détermination et son courage. Ce qu'elle veut ? Réaliser son rêve. Rien de plus banal en soi, je suis d'accord. Mais combien d'entre vous on un rêve ? Je pense, sans trop m'avancer, que tout le monde en a un. Et, honnêtement, combien d'entre vous serait vraiment prêt à tout pour le réaliser ? Déjà, je crois que le nombre à largement diminué. Ensuite, combien d'entre vous serais prêt à risquer sa vie, de souffrir, voir même de mourir pour le réaliser ? Là encore, diminution incroyable. Et enfin, combien d'entre vous réaliserons leur rêve? Sans vouloir vous sapper le moral, là on atteint des statistiques qui volent vraiment pas haut, faut être réaliste.

Je pense que c'est en ça que le film atteint toute notre attention et son mérite. C'est le combat d'une femme pour réaliser son rêve et nous pouvons tous nous identifier à elle. Pour ceux qui ne s'intéresse pas aux rêves, ils se seront identifé à l'aigri Dunn. Les autres au compréhensif et loyal Scrap. Et enfin, pour ceux qui n'ont pas encore atteint ce niveau, il y a toujours le petit malin qui a un pois chiche à la place du cerveau. Et pour tous, le petit rigolo qui à du coeur au ventre. Personnellement, le coup du glaçon je crois que je vais le ressortir juste pour voir la tête des gens !

Dans ce film j'ai rigolé, j'ai eu peur, j'ai été dégoutée et horrifiée, j'ai pleuré... J'avoue, c'est pas la première fois. Mais ce film a, je crois, la capacité de changer les gens. Il fait cogiter. Au fur et à mesure qu'il se déroule, on évolue avec les personnages. Je ne connais pas vraiment la boxe, et ne l'apprécie pas plus que ça, j'ai même du mal à comprendre les boxeurs parce que franchement, me battre, me recevori des coups, c'est franchement ma tasse de thé. Mais je respecte, chacun ses choix. Et ce film m'a fait un peu mieux comprendre la boxe, et les sports de combat en général ; même, plus généralement encore, les passions.

De plus, le film s'intéresse tout de même à de grands débats socio-politiques de notre monde, que je ne développerais pas, pour ne pas ruiner le suspence aux personnes ne l'ayant pas encore (ce à quoi je vous conseille vraimen de remédier !).

On peut aussi dire que le fim est plein de phrases devenues culte, de citations, de speech à faire trembler l'âme, d'ailleurs vous pourrez trouver plusieurs site qui les mette à disposition en anglais (et pour ceux qui peuvent le comprendre, croyez-moi c'est encore mieux en anglais, même si j'avoue que Clint Eastwood est vraiment incompréhensible!).

Et même si la fin est triste, elle est aussi particulièrement belle à mon sens.

Pour terminer, cette simple phrase, que l'on retrouve dans la salle de boxe (traduite en français bien sûr) : "Les gagnants sont simplement prêts à faire ce que les autres ne font pas". Jusqu'à la fin on y croit.
Alors, à votre avis, Maggie est gagnante ou perdante finalement ?
Et, plus important encore, parce que c'est finalement ça la morale de l'histoire : vous, vous êtes gagnant ou perdant ?